C'est la saison des champignons... Mais attention aux intoxications

La saison d’automne avec sa fraîcheur et son humidité est la meilleure pour aller à la cueillette des champignons. Les promeneurs en profitent pour aller se balader en famille ou entre amis tout en cueillant des champignons. Mais attention, au mois d’octobre, le nombre de cas d’intoxications liées à la consommation de champignons signalé aux centres antipoison et de toxicovigilance a explosé. Il est monté à 493 cas en 2 semaines, alors que d’habitude il varie entre 4 et 90 cas par semaine. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) avec la Direction générale de la santé (DGS) mettent en garde et rappellent les bonnes pratiques pour la cueillette.

 

Quelles sont les recommandations de l’Anses et la DGS pour ramasser les champignons ?

Les champignons doivent être récoltés dans un panier mais surtout pas dans un plastique (risque de pourrir). Bien séparer les différentes espèces pour une meilleure identification. Ne ramasser que les espèces entière (pied et chapeau), en bon état, que vous connaissez parfaitement bien. Eviter les récoltes près de sites potentiellement pollués (bord de routes, décharges…). Au moindre doute sur l’identification d’un champignon, rapprochez-vous d’un spécialiste ; un pharmacien spécialisé en mycologie ou les associations et sociétés de mycologie de votre région pourront vous renseigner. N’oublier pas de vous laver les mains après la récolte. Conserver les champignons maximum 2 jours dans votre réfrigérateur et consommez les en quantité raisonnable après une bonne cuisson.

 

Comment déceler une intoxication et que faire ?

Si vous avez des diarrhées, vomissements, nausées, tremblements, vertiges, troubles de la vue… environ 12h après la consommation appeler immédiatement le « 15 » ou le centre antipoison de votre région en précisant que vous avez mangé des champignons. Petit réflexe à avoir, photographier votre cueillette avant cuisson, la photo sera utile pour le centre antipoison, afin d’orienter vers le bon traitement.

Alors à vos paniers, et vos bottes mais avec prudence !

Source :

https://www.anses.fr

http://www.ordre.pharmacien.fr

http://champignonscomestibles.com

Dr Elodie Duquenne